Rss

Présentation d’Aurélien, pêcheur à la découverte de la Canche !

Présentation d’Aurélien, pêcheur à la découverte de la Canche ! Avis et conseils.

 

Bonjour,

je suis comme les poissons que j’aime pêcher, je suis un migrateur… je pense que c’est une particularité chez les pêcheurs de saumons notamment, mais qui est valable pour les pêcheurs de truites de mer, de brochets (Irlande, Suède) et de truites également.

J’aime découvrir de nouvelles rivières, comprendre (ou essayer) la rivière et les méthodes de pêches locales. Pour cela la promotion des rivières où l’on souhaite développer le tourisme halieutique est important. Comme ce n’est pas le cas pour la Canche, c’est bien sur le blog d’Eric qui a fait œuvre de promotion pour la Canche.

Comment ai-je donc trouvé ce cours d’eau, me demanderez-vous ?

A vrai dire, j’ai été un peu perdu dans un premier temps. En effet la Canche ne ressemble pas aux rivières que j’ai l’habitude de pêcher, mais c’est également pour ça que je viens pêcher une autre rivière avec ses spécificités. Je me suis fait aider de Dominique et Loïc, deux grands connaisseurs du secteur. Ils ont ainsi fait le travail de guides de pêche. Ceux-ci sont souvent appréciés des pêcheurs souhaitant vite découvrir une rivière et ne pas perdre de temps sur des parcours peu intéressants.

LA VRAIE contrainte actuelle est le morcellement des parcours. Une commune = une AAPPMA. Les touristes pêcheurs aiment avoir un linéaire important de rives à pêcher et n’apprécient pas de devoir multiplier les achats de cartes sur un séjour court qui doit être « efficace », souvent 3, 4 jours de pêche seulement… Le balisage clair et simple des parcours est quelque chose également de très important à mon sens, ainsi que le sentiment de ne pas être les seuls à respecter le règlement. C’est toujours assez désagréable de venir de loin et de faire en sorte de respecter les règlementation d’une rivière, alors que les pêcheurs locaux ne le font pas. Ainsi je me souviens de retours d’expérience de pêcheurs Belges sur la Touques qui ne comprenaient pas pourquoi il n’y avait pas plus de gardiennage sur la Touques. Ils avaient un peu le sentiment d’être des poules aux œufs d’or.

Aujourd’hui la Canche comme la Touques et la plupart des rivières françaises n’est pas adaptée au tourisme pêche. Des pêcheurs curieux comme moi et Olive peuvent y venir et y prendre du plaisir, mais à mon sens rien n’est fait pour développer le tourisme halieutique. C’est le cas également chez nous… les mentalités sont très conservatrices et ne voient pas les bénéfices qu’il y aurait à développer cette activité économique. Pourtant elle a de nombreux bénéfices. Elle favorise l’emploi local, et elle permet à des territoires ruraux , peu attractifs pour le tourisme classique, d’attirer un certain type de touristes. Un pêcheur de salmonidés qui voyage aime bien profiter de la vie locale, il va au restaurant, dans les boulangeries, les charcuteries… il est en vacances et veut en profiter. Enfin si l’on développe une activité économique autour des salmonidés migrateurs, il y a un avantage pour toute la population d’un bassin, c’est la qualité de l’eau. Sans une bonne qualité de l’eau, pas de poissons, sans poisson pas de pêcheurs. Les écossais ont ainsi préservé bon nombre de leur rivière à saumons grâce à leur distillerie de Whisky. Des villages entiers de Norvège ne vivent que des pêcheurs de saumons étrangers… il y a tant d’exemples autour de nous… mais il nous faut combattre les réticences des pêcheurs français qui ont peur qu’on leur vole LEURS POISSONS. Dans les pays que j’ai cité auparavant, les locaux te payent un coup à boire parce que tu as pris un saumon sur sa rivière. Il est fier que des étrangers viennent chez lui, il est fier de sa rivière et comme il y fait attention à sa rivière, le saumon que tu prends et comme une récompense pour lui et non une contrainte!!!!

Alors ce dernier point est quelque chose de très difficile à travailler et notre expérience sur la Canche l’a démontré, mais je le répète c’est la même chose chez nous en Normandie.

Enfin, mon ressenti est que j’ai apprécié découvrir une rivière riche en truites de mer et je pense que je reviendrai pour prendre une truite de mer. Le projet de développer un tourisme halieutique est un superbe projet, mais les obstacles pour le développer sont nombreux. Il existe des études sur le tourisme pêche sur les gaves et les retombées économiques que ce tourisme amène. Mais il faut essayer car ce genre de projet ne peut qu’améliorer les choses même si au final tout ne fonctionne pas comme on le souhaite, exemple de PARAGES sur la Touques.

 

Encore Merci à Aurélien pour son retour et n’hésitez pas à nous faire également parvenir vos avis !

 

Comments are closed.