Rss

Lutte contre le rejet des tortues aquatiques dans nos cours d’eau

Originaire d’Amérique du Nord, le commerce de la tortue de Floride s’est rapidement développé après la seconde guerre mondiale. Importées dans nos pays d’Europe depuis les années 1975-80 et massivement, à des fins ornementales, de 1989 à 1997, l’abandon des animaux par leurs propriétaires a d’abord été anecdotique puis de plus en plus fréquent dans les années 1980 (Servan et Arvy,1996).

Un achat facile et non raisonné ? En effet, qui ne serait pas tenté par accueillir une jolie petite tortue qui ne mesure à la vente pas plus que quelques centimètres ? Animal idéal pour amuser nos chers bambins et peu contraignant me diriez-vous ?  Mais quelques années passent et les acquéreurs mal renseignés découvrent vite que l’animal jouet grossit, devient très vorace voire agressif et qu’un aquarium important dont l’eau doit être renouvelée très souvent est nécessaire à sa survie. C’est ainsi que de nombreux propriétaires ont jugé opportun de leur rendre la liberté au sein de plans d’eau et cours d’eau du Pas-de-Calais. Ses  effectifs sont ainsi en constante évolution, en France et dans le bassin Artois-Picardie, du fait des introductions répétées dans le milieu naturel et ce, malgré l’interdiction de son importation sur le territoire national.

Une espèce exotique envahissante :Or son introduction dans nos milieux naturels pose problème car une prédation nouvelle s’exerce sur la faune des zones humides française. Elle rentre ainsi directement en concurrence avec la biodiversité naturellement présente dans le milieu !!!!

Soyez donc responsable ! N’introduisez plus vos tortues de Floride dans les plans d’eau ! L’acquisition d’une tortue aquatique doit être réfléchie et un engagement jusqu’à la mort de l’animal sinon achetez une peluche !

 

Sauvetage fédéral :

DSC_0002bdLors d’une pêche électrique sur le canal de Lens, la Fédération du Pas-de-Calais pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a encore déploré la présence de tortues de Floride ! Nous nous sommes donc rapprochés dans un premier du parc zoologique qui victime des abandons trop nombreux de ces nouveaux animaux de compagnie ne pouvait plus en accueillir. Nous avons alors pris contact avec la LPA de Calais (Ligue Protectrice des Animaux). Cette association réputée pour ses sauvetages tels que ceux de Ch’ti, Prem’s et Deuz, trois bébés phoques échoués sur les plages du littoral, a bien heureusement accepté de nous aider dans notre mission de replacement de ces tortues. C’est ainsi que le lendemain de la pêche, Géraldine et Benoît ont pris la route jusque Calais pour déposer les deux tortues. Ils rencontrent alors une équipe accueillante mais qui malheureusement constate également une hausse exponentielle d’abandons de tortues.

 

Et comme nous le savons tous, toute capacité d’accueil a ses limites : à bon entendeur !

Que vont devenir ces deux nouveaux pensionnaires ? Fort heureusement pour nos deux compagnons, la LPA va d’abord s’assurer de leur bon état de santé en les plaçant dans un premier temps en quarantaine puis va les confier à des propriétaires sérieux qui ont la capacité de les entretenir jusqu’à la fin de leurs beaux jours. Sinon, la LPA a aménagé un bassin afin de les accueillir au sein de leur structure, autant dire qu’elles sont aux petits soins entre leurs mains. Une fois encore la Fédération pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique tient à les remercier pour leur aide et met de nouveau en garde les propriétaires ou les futurs propriétaires de tortues aquatiques ! Ces dernières sont au final peu adaptées à la vie en captivité !

 

DSC_0014bd DSC_0004bd

Accédez au site de la LPA en cliquant ici.

Comments are closed.