Rss

Archives for : Actualités

Concours Carna Contes 2017

Samedi 24 juin se déroulait la première édition du Concours Carna Contes. Comme une fois n’est pas coutume, la Fédération proposait par le biais de ce concours (aux carnassiers aux leurres artificiels uniquement) aux pêcheurs de participer à une étude de suivi de la population de brochets dans le Marais de Contes.

En effet, ce concours avait pour objectif la recapture de quelques-uns des 140 brochets marqués introduits dans les plans d’eau du marais en novembre 2016.
La capture de ces brochets a permis de vérifier la tenue des dispositifs de marquages et de collecter des données sur le déplacement et le développement des brochets.

Au total, ce sont 24 participants qui ont relevé le défi de capturer ces petits et grands dentus du marais. Si le soleil n’était pas au rendez-vous et les brochets plutôt méfiants, tous les pêcheurs étaient plus que motivés et se sont concentrés jusqu’à la dernière minute. Ainsi 7 prises ont été réalisées, une fois les mesures réalisées, elles sont vite retournées à l’eau afin de pouvoir les rencontrer de nouveau lors d’une prochaine sortie de pêche nous l’espérons.

Etaient présents pour la remise des prix : M. Lefebvre, Maire de Contes, M. Dupuis, Vice Président de la Fédération, M. Leroy, Secrétaire de la Fédération et M. Barbier, Président des 7 Vallées.

Pour aller plus loin : l’étude se poursuit avec vous par le biais de la Carna Box Contes que nous vous encourageons vivement à remplir si vous pêcher dans les Marais de Contes.

Encore un grand bravo à l’ensemble des participants pour leur bonne humeur et leur passion ! D’autres concours vous seront proposés prochainement.

Merci à nos deux sponsors : Au Canari et Opale Fishing pour leurs lots et à la Mairie de Contes pour le prêt du matériel logistique.


Retour sur la journée nationale de la Pêche 2016

Si le beau temps n’était pas au rendez-vous en début de semaine avec les nombreuses intempéries qui ont malheureusement ravagées l’ensemble de la France, ce dernier est resté clément pour la Fête de la Pêche, le dimanche 5 juin à Arques. Pour rappel, la journée nationale de la pêche est une journée conviviale, solidaire et environnementale pour laquelle de nombreux bénévoles se mobilisent. Ce dimanche est une opportunité pour découvrir gratuitement l’univers de la pêche à travers des centaines d’animations dans tout l’hexagone : s’initier à la pêche, pratiquer différentes techniques, identifier diverses espèces ou encore contribuer à la protection du patrimoine piscicole et comprendre la diversité des milieux aquatiques. Dans le cadre de cette journée, la Fédération du Pas‐de‐Calais pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique s’est associée à plusieurs partenaires pour organiser une journée de découverte riche en animations le long du Canal et à la Maison de la Pêche et de la Nature rue des Alpes à ARQUES.

Le réveil fut matinal pour une grande partie des pêcheurs qui avaient rendez-vous dès 7h pour s’installer dans le cadre d’un concours aux blancs géré par l’équipe de l’Union Arquoise Section Concours. A partir de 8h, les bénévoles de l’association de pêche l’Union Arquoise étaient présents pour aider au montage du matériel et des stands. Ainsi en parallèle du concours de pêche, plusieurs initiations gratuites étaient proposées : initiation à la pêche au coup, initiation à la pêche aux carnassiers, simulateur de pêche et pêche à la peluche poisson pour les plus petits; plusieurs occasions de découvrir l’univers de la pêche en famille. Le Club Mouche 62 était également présent pour vous faire découvrir la pêche à la mouche. Découverte des insectes à la loupe, montage de mouches…

L’un des points forts du matin était la signature officielle du partenariat avec RTE et ENEDIS (nouveau nom d’ERDF). Le risque des chocs électrique existe. Lors de vos sorties de pêche, vous pouvez croiser sur votre chemin des pilonnes électriques. Pour éviter le drame, plusieurs consignes existent. L’après-midi, le site accueillait une manche départementale du challenge jeunes. La journée s’est passée dans une ambiance bon enfant et la pêche a pu être valorisée grâce à l’équipe de la Fédération avec le soutien des nombreux bénévoles.

A noter que dans le cadre de cette journée, nos partenaires se sont déplacés afin de partager avec nous les instants forts de cette journée : la Mairie d’Arques souhaite s’investir dans la sécurité des pêcheurs et apporte ainsi son soutien logistique au besoin à la Fédération, les conseillers départementaux Bertrand Petit et Sophie Warot étaient également présents pour la remise des trophées des concours adultes et enfants. Nous avons eu le plaisir d’accueillir Michel Lefait, député. La pêche est un loisir bien ancré dans le département qui reste à découvrir pour de nombreuses personnes. Cette journée est la preuve que la pêche continue de séduire et qu’elle a beaucoup à nous apporter pour mieux connaître la biodiversité qui nous entoure.


 

Se former au métier de l’aquaculture

Férus de pêche et d’environnement, vous souhaitez à la fois vous diplômer et transformer votre passion en un métier : le lycée agricole de Coulogne possède 12 postes à pourvoir pour préparer le BAC PRO PRODUCTIONS AQUACOLES.
Cette formation est gratuite et rémunérée et s’adresse aux demandeurs d’emplois.

Objectif : former des salariés de piscicultures, de conchylicultures (ex : ostréiculture, mytiliculture), d’entreprises de transformation piscicoles, de parcours de pêche, d’associations de pêche…

Elle est accessible à toute personne ayant validé une classe de seconde, ou ayant un niveau V minimum ou ayant plus de 3 ans d’expérience (dans quelque domaine que ce soit).
Elle se déroulera sur le site du lycée de Coulogne, sur 14 mois, de Mai 2016 à juin 2017 (34 semaines en centre — 19 semaines en entreprise)– Possibilité d’hébergement sur Calais (40€/mois).

Plus d’infos au 03.21.46.14.60 ou sur leur site internet en cliquant ici.

Le pêcheur est français…

Un peu d’humour mais aussi un petit coup de gueule…

Réputé pour son côté râleur, le français aurait tendance à se plaindre régulièrement : travail, politique, loisir… tout y passe. Cliché ou réalité ?

A en croire le blog mediapart, ce serait bien une réalité. Dans un sondage réalisé en 2011, 61% des français estimaient la situation de leur pays très difficile, et prévoyaient une aggravation dans les mois suivants nous classant en tête du classement mondial des pessimistes…

Alors ceci expliquerait cela. Le pêcheur râle car il est français !

Et oui caractéristique de plus en plus prononcée ces derniers temps, nous remarquons une recrudescence des réclamations au sein des pêcheurs. Si je suis bien d’accord sur le fait qu’il y a encore beaucoup de travail à réaliser pour démocratiser notre passion, ses parcours, ses tarifs… bref sa pratique en général, la tendance au pessimisme semble contagieuse. Chaque initiative importante ou non semble insuffisante : nettoyage de berges, réglementation, sensibilisation, signalétique… Et pourtant ce sont bien les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Afin de faire évoluer notre loisir de manière constructive, il est vrai que la critique est nécessaire. Néanmoins elle n’est efficace que si elle est accompagnée de suggestion réalisable et d’actions.

Il faut savoir que la pêche est principalement gérée par des personnes bénévoles qui peuvent se retrouver rapidement démotivées face à cette mauvaise critique. Souvent dépendantes d’instances supérieures (services de l’Etat, communes, propriétaires privées…), certaines actions peuvent être longues à mettre en place.

Et quand c’est bien faut le dire aussi !

Mais peut-être également que le pêcheur tient cette réputation simplement du fait que nous avons tendance à mettre le doigt sur les choses négatives plutôt que positives ? Alors grâce à cette génération web 2.0 où la liberté d’expression est mise à l’honneur grâce aux réseaux sociaux tels que facebook, n’hésitez pas également à relever les actions positives. Enfin si la pêche vous tient tant à cœur, pourquoi ne pas rejoindre une des associations de pêche pour faire entendre votre voix et agir ?

… Bref tout ça pour vous dire que oui je suis également pêcheur donc râleur 😉

La carte de pêche si chère que ça ?

Avec ce début de saison revient la même chanson… Fini je n’achèterai plus ma carte de pêche, elle coûte trop chère…  Trop chère ? Et pourtant… Comparons ce qui est comparable.

La pêche de loisir « nationale » revient actuellement à 95 euros grâce à la carte interfédérale. Petite dernière née au sein de la Fédération nationale, cette carte est issue du constat qu’il était nécessaire d’aboutir à un « produit » (même si le terme n’est pas le plus approprié puisque la pêche est avant tout une passion) national pour une pêche simplifiée partout en France. En effet, historiquement la pêche était gérée par des associations qui géraient elles-mêmes une petite portion de territoire. Mais aujourd’hui le pêcheur se met au vert et veut voir du paysage en allant pêcher sur les territoires voisins. Mais voilà difficile d’accorder ses violons. C’est pourquoi des accords ont commencé à voir le jour via le terme « réciprocité ».  Grâce à la réciprocité, le pêcheur n’est plus limité au territoire de son association de pêche mais peut également se rendre sur celui des associations qui ont adhéré à la réciprocité. Ainsi on se rapproche ainsi d’une carte “nationale” qui permet de pêcher dans 88 départements pour 95€.

Attachés à votre département, vous allez me dire que vous ne souhaitez pas sortir du Pas-de-Calais ? Prenez alors une carte de pêche dans une association réciprocitaire sans l’option « nationale » votre dépense se réduira à 70€ .

Un peu de mathématiques : en sachant que vous avez la possibilité de pêcher 1ère et 2nde catégorie réunie environ 275 jours par an, vous dépensez donc au plus 35 centimes par jour pour la licence de votre loisir. Il ne faut pas oublier que ces 35 centimes par jour vous participez à la location des cours d’eau, à la participation à la recherche scientifique sur les comportements, stocks… des poissons de nos cours d’eau, l’entretien et la restauration de ces cours d’eau…

Pour aller plus loin, avez-vous regardé les tarifs appliqués par les autres fédérations ou clubs sportifs ? Si la licence seule revient parfois qu’à une 30aine d’euros, elle ne comprend pas la mise à disposition d’un terrain pour pratiquer le sport choisi (je pense notamment aux terrains de tennis, football…).

Il ne faut pas oublier également qu’en achetant votre carte de pêche vous adhérez à un grand réseau de passionnés souvent bénévoles qui font fonctionner les associations et vous proposent de nombreux services annexes : conseils, concours, journée thématique et même journée d’initiation gratuite.

Bref, pour ma part cette année, je reprendrai ma carte de pêche !

La pêche à l’Anguille, entre protection et polémique

La très forte chute de la population des anguilles depuis les années 1960 vaut à cette espèce, qui rappelons-le reste emblématique dans le Pas-de-Calais, d’être classée dans la liste rouge des espèces menacées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. En vue d’assurer la survie de l’espèce, un règlement Européen qui institue des mesures de reconstitution  du stock d’anguilles et impose un plan de gestion  national à chaque état membre a été adopté en 2007.

Les quotas

A juste titre, cette année, l’attribution de quotas de civelles en hausse pour les pêcheurs professionnels en eau douce suscite la levée de boucliers des associations de pêche de loisir et bien évidemment des pêcheurs. Il est utile de rappeler que même la Fédération Nationale pour la Pêche en France s’est indignée devant cette situation tandis que la pression reste la même pour les pêcheurs de loisir. Conscients de la nécessité de protéger cette espèce, il est toutefois nécessaire de traiter les causes dès la source et de prendre des mesures draconiennes pour tous !
Et si le plan de gestion Français établi en 2008, validé par la commission européenne en février 2010 prévoit globalement 5 grands types de mesures à savoir la lutte contre le braconnage, l’amélioration de la continuité écologique des cours d’eau, l’encadrement de la pêche, aussi bien professionnelle que de loisir, la réduction des facteurs  de risque pour les populations d’anguilles en matière de lutte contre les pollutions et la restauration des habitats et le repeuplement des cours d’eau à partir de civelles pêchées, ces mesures paraissent peu ambitieuses au vue des dernières décisions prises par le gouvernement.

Mais la tradition demeure !

La pêche à la moque comme on dit par chez nous (c’est-à-dire la pêche à la vermée) reste toutefois autorisée la journée durant une période définie par arrêté préfectoral. Ainsi la tradition de cette pêche peut continuer à se perpétuer mais pas la nuit. N’oubliez pas, c’est pour le bien de notre espèce emblématique 😉 Une consultation publique est d’ailleurs régulièrement ouverte à ce sujet. Par ailleurs afin de vérifier la reconstitution annuelle du stock, nous soulignons une fois de plus l’importance et l’obligation de détenir votre carnet de capture anguilles (même s’il s’agit d’une sortie pêche non ciblée à l’anguille). Tout pêcheur en action de pêche devra être en mesure de fournir à l’agent de contrôle son carnet de capture. La  non présentation de celui-ci est passible d’une amende, même si aucune information sur le retour du document vers un service de l’état n’est précisée.
PCB et Anguilles : Les PCB sont des dérivés chimiques utilisés à partir des années 30 comme isolants dans les transformateurs électriques, comme lubrifiants dans les turbines ou comme composants dans les peintures. La vente de produits contenant des PCB est interdite depuis 1987. Seulement, ces molécules sont très stables dans l’environnement (jusqu’à plusieurs milliers d’années) pour certaines d’entre elles, selon un document interministériel de 2008. Ainsi, les PCB se sont accumulés dans les sols et les sédiments. Dans l’eau, les PCB peuvent se fixer dans la matière grasse des poissons qui se contaminent par leur alimentation tout au long de leur croissance. Or l’anguille se révèle être une espèce fortement bio-accumulatrice. Pour votre santé, la préfecture a publié en 2014 un arrêté inter-préfectoral portant interdiction de consommation, de commercialisation, et de détention d’Anguilles sur certains cours d’eau du Pas-de-Calais. Vous pouvez le consulter en cliquant ici.

Autant dire que l’Anguille n’a pas fini de faire parler d’elle dans le Pas-de-Calais 😉

 

La pêche sur le site du Romelaëre

Plan du Romelaëre

Plan du Romelaëre

 

La Réserve Naturelle Nationale des Etangs du Romelaëre a pour origine d’anciennes tourbières dont l’exploitation, principalement au XIXème siècle, a donné naissance aux différents plans d’eau du site. Le Romelaëre est  aujourd’hui un espace voué à la conservation de la biodiversité et à l’accueil du public, y compris les personnes à mobilité réduite. Cette mosaïque d’habitats se traduit par une riche diversité faunistique et floristique d’un grand intérêt sur le plan écologique (poissons, plantes, libellules, papillons, criquets…).

Règlement intérieur
L’exercice du loisir pêche sur la RNN du Romelaëre se fait dans le respect des mesures définies par le code de l’environnement, les arrêtés préfectoraux en vigueur et le présent règlement intérieur.
La pêche sera ouverte sur les étangs du Romelaëre du 1er mai au 14 décembre. Les horaires de la pêche sur la RNN sont : du mois de mai au mois de septembre de 8h00 à 18h00 la semaine et de 8h00 à 19h00 les samedis, dimanches et jours fériés. Du mois d’octobre au mois de décembre (fermeture de la Réserve le 14 décembre) de 8h00 à 16h00.
Le linéaire de berge autorisé à la pêche est matérialisé sur site à l’aide de bornes, soit 21 postes. Un plan est consultable chez les dépositaires de cartes de pêche, à la Grange Nature ainsi que sur le site internet de la Fédération.
L’exercice de la pêche se fera exclusivement en « No-Kill » à une canne pour tous les pêcheurs. Tous les poissons capturés, sans distinction de taille ou d’espèce, seront remis à l’eau dans les meilleures conditions de survie, sandres et brochets compris. La pêche au vif ou au poisson mort posé est désormais interdite. Afin de ne pas contribuer à l’eutrophisation du site, nous demandons aux pêcheurs de limiter autant que possible les quantités d’amorçage.

Il est rappelé que sont interdits :
La pêche en barque ou en float tube, la baignade, la circulation de canots, la planche à voile ou le modélisme, la circulation de chiens même tenus en laisse, la circulation en vélo, en mobylette, VTT ou en rollers, le camping sur les berges (sauf les parapluies et auvents des pêcheurs).
Eden 62, gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale des étangs du Romelaëre, la Concorde et l’Union Arquoise se gardent le droit de procéder à l’éviction de toute personne dont l’attitude ou les actes sont une menace pour les autres usagers ou pour la pratique de leurs activités.
Les pêcheurs et le public sont invités à déposer leurs détritus dans les poubelles disposées à cet effet à l’entrée du site. Chacun est également invité à respecter et à faire respecter le site et son environnement.
D’importants travaux d’aménagement ont été réalisés pour permettre à tous d’accéder au site, il importe que le sentier reste complètement disponible pour les promeneurs.

Les gardes de la réserve et des sociétés de pêche sont leurs représentants sur le terrain. N’hésitez pas à les questionner.

Plus d’infos au : 03.91.92.02.03

Entretien des parcours de pêche 2015

Qui dit printemps, dit grand nettoyage… La saison de pêche étant commencée 🙂

Du mercredi 11 au vendredi 13 mars 2015, les gardes pêche se sont donc attelés à cette mission d’entretien des parcours fédéraux.
Accompagnés du club mouche 62, 6 bénévoles en tout, Dominique et Frédéric ont réalisé un gros travail d’entretien de la ripisylve sur les deux rives de la Course et en rive droite sur les Baillons.

Comment ont-ils axé leurs travaux ?

Comme l’indique Frédéric : « Nous nous sommes concentrés majoritairement sur l’entretien de la Course, d’une part, car cela nous semblait plus nécessaire et d’autre part, de façon à inciter nos moucheurs à venir plus particulièrement sur ce parcours par rapport aux années précédentes. Cela permettrait de limiter la pression de pêche sur les Baillons. Sur les Baillons, nous avons terminé le travail entrepris par l’exploitant.
En effet, ce dernier va remettre des bovins pour pâturer (contrairement aux années précédentes où il faisait du foin).
Concernant le travail sur OFFIN, nous avons effectué des passages d’homme ( des sautoirs avec une marche), au total 3 passages ont été mis en place au milieu du parcours, 2 en rive droite et un en rive gauche.
Nous avons aussi décalé le panneau d’information qui se trouve au niveau intermédiaire du linéaire.

Merci à tous les intervenants pour ce travail.

Le résultat en photos.

P1010271 Déboisement partie amont rive gauche Course

P1010291Passage d’homme OFFIN

 P1010275Le club mouche à l’oeuvre

Adrien 1000ème fan Facebook

Une page d’échanges en temps direct

Cette page créée il y a un an pour communiquer en direct avec les pêcheurs du département mais également de toute la France prend tout son sens lorsque l’on consulte les avis laissés par les utilisateurs : « Bonne continuation et merci pour votre travail !!! » ou encore « Cette page est nickel rien à dire sur cette page si ce n’est waouh. » Ce réseau social est devenu incontournable pour échanger. Libre lieu d’échanges, nous nous efforçons de répondre à toutes les demandes positives comme négatives !

La page officielle Facebook compte depuis quelques jours son 1000ème Fan !

Depuis quelques jours, Adrien a rejoint notre page devenant ainsi notre 1000ème fan. Nous avons souhaité marquer cette 1000ème inscription en récompensant Adrien de son intérêt pour les divers projets de la Fédération du Pas-de-Calais pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique. C’est alors que nous avons eu l’occasion d’échanger avec un véritable passionné de pêche motivé pour développer ce loisir.

Portrait d’Adrien, 1000ème fan Facebook

11046117_10205178422333319_289240616_oAdrien, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Adrien, j’ai 25ans et j’habite Lestrem dans le Pas-de-Calais.

Comment as-tu découvert la Pêche ?
J’ai commencé la pêche tout petit grâce à mon père qui lui-même avait appris avec son père. Ils ne pêchaient que le poisson blanc au coup. C’est une pêche qui me plait d’une part par la préparation qu’elle demande ( le montage des lignes, la préparation de mon amorce faite maison…), mais aussi car c’est une pêche qui demande une concentration incessante, le moindre vacillement du bouchon vous fait sur-sauter.
Quelques années ont suivi, ces personnes sont parties… et grâce à cette passion qu’ils m’ont transmis, j’ai rencontré d’autres passionnés qui à leur tour m’ont initié à la pêche du carnassier au leurre. J’ai tout de suite accroché. Je pratique cette pêche en street fishing ou en float tube dés que j’ai du temps libre.

Sur quels sites allez-vous pêcher ?
Je pêche en grande partie dans la Lys (62 et 59) mais il m’arrive de partir quelques jours dans le sud de la France ( Montpellier 34 ), pour pêcher au lac du Salagou ainsi que dans le Lez.
La Lys est un beau cours d’eau qui est resté sauvage par endroit, cependant dans certains lieux ( urbanisés) les déchets humains sont fort présents et cela me désole. Je pense que pour ce point, la fédération devrait organiser des journées de nettoyage avec l’aide de ces adhérents. Je serai très heureux de pouvoir aider ainsi que de pouvoir rencontrer d’autres pêcheurs.

Une personne motivée et nous prenons bonne note de ses conseils. Il est vrai que certains sites sont pollués et certaines AAPPMA organisent d’ores et déjà des nettoyages de site. La Fédération espère à termes généraliser ces initiatives.

Adrien recevra prochainement dans sa boîte aux lettres des leurres et du fil pour partager sa passion au fil de l’eau. Encore merci à lui et à vous de nous suivre chaque jour pour développer ce beau sport qu’est la pêche !

Rejoignez-nous sur Facebook 😉

L’Etiquette du carpiste

Pour vous qu’est-ce qu’un carpiste ?

A cette question, les avis divergent !
Victime d’une image « peu glorieuse » qu’une minorité peut diffuser de cette pratique, Jean-Marie pêcheur de carpe passionné témoigne !

Bonjour,

JFLM_8181e suis Jean-Marie. Je me revendique passionné de la pêche à la carpe.

Pourquoi pas « CARPISTE « me direz-vous ?
Tout simplement parce que « CARPISTE » enrobe bien souvent trop de dérives volontairement causées par des personnes non sensibilisées au milieu aquatique : fêtards, campeur d’un jour,…  Ainsi l’image des carpistes est « égratignée » aux yeux de nombreuses personnes comme les promeneurs, les pêcheurs au coup ou encore les pêcheurs de carnassiers pour qui l’association entre ces personnes peu « respectueuses » et le passionné de pêche à la carpe est vite faite ! Le carpiste devient le monstre qui détruit la nature, prend toute la berge avec son matériel, consomme beaucoup trop, festoie, ou pire qui abîmerait son poisson ! Ainsi victime de la mauvaise image véhiculée par ces personnes peu citoyennes qui se disent « carpistes », les gardes pêche viennent nous contrôler avec une certaine méfiance.

En réalité, le vrai passionné fait tout son possible pour se fondre dans son environnement. En effet, l’objectif est justement d’être en harmonie avec les autres usagers des berges et surtout fait tout son possible pour respecter le fruit de sa passion, la carpe ! Une fois que nous quittons notre poste de pêche, aucune trace de notre passage si ce n’est de l’herbe couchée qui reprendra bien vite sa forme quelques jours plus tard. Primordial, il est nécessaire de sortir avec des sacs poubelles afin de ramener ses déchets et bien souvent les déchets des autres (bas de ligne non ramassés, emballages…).

Afin de palier à cette stigmatisation, j’ai souhaité créer le groupe « S-O-S vrais carpistes de l’hexagone » qui comptent actuellement 2 734 pêcheurs de tous bords et de toutes régions. L’association s’est engagée en faveur de la propreté des plans d’eau et pour le respect de la nature. Et pour ma part, ce discours je le partage volontiers au fil de l’eau grâce aux rencontres que je fais lors de mes sorties pêche. Fervent défenseur de la nature, il me plaît de voir que des pêcheurs et promeneurs se rallient à la cause environnementale et partage ma passion de ces beaux poissons que sont les carpes. Je ne souhaite donc pas généraliser mes propos et espèrent qu’à termes chacun fera un geste pour respecter son environnement et son concitoyen.  Grâce à l’association, de nouveaux projets sont mis en place et nous diffusons nos idées.

Vous pouvez consulter mon blog en cliquant ici.

 

Merci à Jean-Marie pour ce témoignage et n’hésitez pas nous faire partager votre expérience en nous envoyant votre récit par mail.

Photo FNPF : Laurent Madelon